Category Archives: Actualité de DAE

Arrêts cardiaques : les défibrillateurs automatiques doublent la survie

L’utilisation d’un défibrillateur automatique par toute personne non médecin permet à 28% des personnes en arrêt cardiaque d’arriver vivantes à l’hôpital contre 14% quand il n’y a pas de défibrillateur.

Depuis le 4 mai 2007, l’utilisation des défibrillateurs automatiques est autorisée pour toute personne non médecin et ces dispositifs ont donc commencé à être mis à la disposition du grand public dans les gares, les mairies, les lycées, les théâtres … Une étude présentée cette semaine au congrès de la Société française d’anesthésie et de réanimation à Paris et reprise par l’Agence de presse APM confirme l’intérêt de cette diffusion des défibrillateurs dans de plus en plus de lieux publics.

Entre juillet 2011 et décembre 2012, les trois quarts des 6510 arrêts cardiaques recencés par les 91 Samu-Smur participants sont survenus à domicile et moins des deux tiers en présence de la famille. Un massage cardiaque immédiat a été réalisé dans 37,8% des cas, une fois sur deux sur conseil téléphonique des professionnels de secours.

Un défibrillateur automatique était présent dans 4,5% des cas, soit 256 arrêts cardiaques. Il a été utilisé pour les trois quarts de ces arrêts cardiaques, dont 15% sur les conseils des services de secours. Dans la grande majorité des cas, l’utilisateur avait bénéficié d’une formation à l’utilisation de l’appareil. La survie a été significativement augmentée lors de l’utilisation d’un défibrillateur automatique, avec 28% de survie au moment de l’admission à l’hôpital contre 14,3% pour les arrêts cardiaques n’ayant pas bénéficié de l’utilisation d’un tel appareil. Trente jours après l’accident cardiaque, le différentiel était encore plus grand : 12,4% de personnes choquées par un défibrillateur avaient survécu contre 3,7% pour celles qui n’avaient pas de défibrillateurs à proximité. En revanche, il n’y avait pas de différence au niveau des séquelles neurologiques que les survivants aient bénéficié ou non de l’utilisation d’un défibrillateur automatique.
Bien que ces données soient encore partielles et non représentatives de l’ensemble du territoire français, « elles confirment clairement l’intérêt de la diffusion des défibrillateurs automatiques grand public, que ce soit par l’efficacité de la défibrillation précoce permise par leur mise en place ou plus indirectement par la mobilisation du public autour de la réanimation cardio-pulmonaire initiée à l’occasion de cette démarche de santé publique », a conclu Hervé Hubert, responsable du registre RéAC (Régistre électronique des arrêts cardiaques) et auteur de l’étude.

Coeur : utiliser de la lumière en guise de défibrillateur

Des chercheurs proposent d’utiliser de la lumière plutôt que de l’électricité pour ranimer les cœurs victimes d’un arrêt cardiaque. Lorsqu’un cœur commence à battre de façon dangereusement irrégulière, ou peu après l’arrêt cardiaque, la solution est bien connue : le défibrillateur, qui envoie un fort courant électrique. Mais l’électricité peut causer des dommages sur les tissus ainsi que d’autres complications secondaires. Des chercheurs de l’université Johns Hopkins proposent ainsi une solution alternative et moins violente : la lumière.

Dans une étude publiée par la revue Nature Communications, des ingénieurs biomédicaux décrivent leur plan pour utiliser un logiciel de simulation du cœur afin de trouver une alternative aux chocs électriques. “L’électricité à ses effets secondaires” explique la superviseuse du projet, Natalia Trayanova. “Utiliser un défibrillateur est l’équivalent d’enfoncer une porte, car on n’a pas les clés. Cela applique trop de puissance et aucune finesse. Nous pensons qu’il est possible d’utiliser la lumière pour rebooster le cœur sans l’abîmer”. Une idée lumineuse La méthode envisagée est connue sous le nom d’optogénétique, un domaine de recherche qui existe depuis une petite dizaine d’années. Elle repose sur l’utilisation de protéines connues sous le nom d’opsines, qui réagissent à la lumière. Une fois insérées dans les cellules et exposées à un flux lumineux, elles permettent l’ouverture de canaux dans les parois. Or, c’est grâce aux canaux membranaires que les cellules cardiaques conduisent l’électricité et provoquent les battements du cœur. En injectant localement ces molécules et en les activant avec de la lumière, les chercheurs pensent donc qu’il est possible de réguler le rythme cardiaque, selon le même principe qu’un pacemaker. Modèle informatique Les chercheurs ont déjà expérimenté cette approche via un logiciel, et prévoient de l’améliorer pour connaître avec précision la faisabilité de leur technique. Ainsi, ils pourront connaître quelles cellules devront recevoir l’injection de protéines et quelle quantité de lumière est nécessaire. Selon eux, l’application pratique sur des vrais cœurs pourrait arriver dès cette décennie.”L’avantage d’utiliser un modèle numérique est de savoir à l’avance quelles expériences valent la peine d’être tentées, et ainsi faire avancer la recherche beaucoup plus vite” explique Patrick M. Boyle, membre de l’équipe. Les avantages de la technique seraient donc nombreux : moins violente, plus précise, peu gourmande en énergie. Les scientifiques imaginent déjà les pacemakers et défibrillateurs du futur qui fonctionneraient à la lumière grâce à leur technologie.

827

Secouriste victime d’un infarctus

Il va falloir plusieurs mois à l’ambulancier Joseph Hardman de Detroit afin de récupérer de sa dernière intervention. Dans l’ambulance, lors de la réanimation d’une victime d’un arrêt cardiaque il a été lui-même victime d’un infarctus.

Durant le trajet Hardman s’est mis à transpirer exagérément. « J’ai senti comme une explosion dans ma poitrine » dit-il. Il se réalisait qu’il subissait lui-aussi un infarctus du myocarde. Malgré la forte douleur, il a continué à réanimer le patient dans l’ambulance.

Hardman a prévenu le chauffeur que les médecins du Detroit Medical Center devaient se tenir prêt à recevoir non pas un, mais deux victimes d’infarctus. « Si nous n’avions pas déjà été en route, je n’aurais pas survécu » dit-il.

Depuis cette intervention miraculeuse, Hardman est devenu un héros. Les médecins pensent qu’il récupèrera à 100%. Et ceci est également vrai pour l’homme qui a été réanimé par Hardman.

 

Il va falloir plusieurs mois à l’ambulancier Joseph Hardman de Detroit afin de récupérer de sa dernière intervention. Dans l’ambulance, lors de la réanimation d’une victime d’un arrêt cardiaque il a été lui-même victime d’un infarctus.

Durant le trajet Hardman s’est mis à transpirer exagérément. « J’ai senti comme une explosion dans ma poitrine » dit-il. Il se réalisait qu’il subissait lui-aussi un infarctus du myocarde. Malgré la forte douleur, il a continué à réanimer le patient dans l’ambulance.

Hardman a prévenu le chauffeur que les médecins du Detroit Medical Center devaient se tenir prêt à recevoir non pas un, mais deux victimes d’infarctus. « Si nous n’avions pas déjà été en route, je n’aurais pas survécu » dit-il.

Depuis cette intervention miraculeuse, Hardman est devenu un héros. Les médecins pensent qu’il récupèrera à 100%. Et ceci est également vrai pour l’homme qui a été réanimé par Hardman.

Fin de vie du Welch Allyn AED 10 en mars 2014

Zoll Benelux vient de communiquer qu’à partir de ce jour, il n’y aura plus de réparations sur les défibrillateurs Welch Allyn AED 10 avec n° de série NA043416 et antérieur ainsi que sur les défibrillateurs de formation de n° de série  NB015377 et antérieur.

Pour toutes les autres modèles de Welch Alyn AED 10, le service après-vente et de réparations cessera de fonctionner le 31 mars 2014.

L’approvisionnement des accessoires tels batteries et électrodes pour ces défibrillateurs s’arrêtera à cette même date. Jusqu’au 31 mars 2014, vous pouvez continuer à vous fournir en accessoires pour le Welch Allyn AED 10 sur www.defibrillateurshop.fr.

heartsine_pad_1_1

Les défibrillateurs cardiaques seront obligatoires dans les clubs sportifs reconnus

La commission du Sport du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé lundi à l’unanimité un projet de décret visant à généraliser dans les infrastructures sportives la présence d’un défibrillateur cardiaque.


Le texte prévoit que les centres sportifs locaux et intégrés, pour être reconnus, devront disposer d’un défibrillateur externe automatique (DEA) de catégorie 1. Des formations à l’attention de leur personnel sont également rendues obligatoires. Les propriétaires d’infrastructures sportives se voient en outre imposer d’équiper leurs infrastructures de DEA. Les clubs sportifs devront s’engager à effectuer leurs activités au sein d’installations équipées d’un défibrillateur, sous peine de n’être plus éligibles aux subventions. Le ministre francophone des Sports André Antoine avait déjà décidé que 300 DEA seraient gratuitement mis à disposition des clubs sportifs via l’Association des établissement sportifs (AES). Cinq cent vingt-deux demandes sont arrivées et les 300 clubs sélectionnés par province, discipline, etc, seront équipés avant la fin de l’année. Les communes et les clubs peuvent toujours bénéficier d’une subsidiation à hauteur de 75%, pour ces appareils qui coûtent près de 2.500 euros à l’achat. “Le marché-stock que nous avons passé pour les 300 DEA nous permet de les avoir à 950 euros. Ce qui veut dire qu’il nous coûte moins cher de distribuer gratuitement des DEA aux clubs que de les subventionner”, a relevé M. Antoine. “Il faudra donc sans doute reproduire l’opération l’an prochain”. Pour compléter ces mesures, un projet de décret wallon impliquera que tout dossier éligible à une subvention en infrastructures sportives sera fin 2013 conditionné à la présence d’un DEA. Dans cette perspective, un marché public pour 300 nouveaux DEA gratuits sera lancé à la fin du mois en Wallonie. (VIM)

les-elus-lors-de-la-remise-officielle-de-cet-equipement_450620_510x255

Un défibrillateur équipe la commune

BELVÈZE-DU-RAZÈS Soixante mille personnes meurent chaque année d’un arrêt cardiaque en France. Face à ce constat et soucieux de conforter la qualité de vie et de santé des Audois, le conseil général a lancé une vaste opération d’équipement en défibrillateurs automatiques externes pour 265 communes audoises situées en zone de revitalisation rurale qui en ont fait la demande.

Cette action est faite en partenariat avec l’Association desmaires, le Centre de gestion de la fonction publique territoriale de l’Aude et le Service départemental d’incendie et de secours.

Le conseil général assure le financement de ces défibrillateurs pour un montant de 2 500 (1 000 pour la borne et 1 500 pour l’appareil).

Mi-septembre, la commune a reçu le premier appareil distribué dans le département. En présence de Didier Lozano, maire, Jacques Hortala, président du Sdis, Jacques Durand, conseiller général du canton d’Alaigne, Alain Gouze, lieutenant-colonel des pompiers, Régis Rouch, lieutenant-colonel médecin des pompiers, c’est André Viola, président du conseil général, qui est venu en personne pour remettre officiellement le premier défibrillateur.

L’utilisation de cet appareil n’est utile que si elle est associée à la pratique des gestes de réanimation cardio-pulmonaire de base.

Voilà pourquoi une formation avait été réalisé préalablement par Eric Rainaud dans la commune, le lundi 18 juin dernier.

IMG_2466-1024x764

Grande Mosquée de Lyon : formation aux premiers secours et installation d’un défibrillateur

La GML recense environ 3 cas d’arrêts cardiaques par an en ses locaux. Parallèlement, un bénévole et étudiant infirmier a mené un travail de sensibilisation auprès des responsables sur la prise en charge des victimes et la dispense des premiers secours. Ainsi, la mosquée avec l’aide du SAMU 69 a installé un défibrillateur automatique

Depuis plusieurs années, les mosquées sont confrontées à une hausse de leur fréquentation. Les mosquées de grande taille que l’on appelle plus communément les « grandes » mosquées accueillent chaque vendredi plusieurs milliers de fidèles. Au delà de l’organisation et de la logistique du quotidien, peu d’associations mènent une réflexion sur la prise en charges des risques liés à la santé, la Grande Mosquée de Lyon a pris les devants.

La GML recense environ 3 cas d’arrêts cardiaques par an dans ses locaux. Parallèlement, un bénévole et étudiant infirmier a mené un travail de sensibilisation auprès des responsables sur la prise en charge des victimes et la dispense des premiers secours. Ainsi, la mosquée avec l’aide du SAMU 69 a installé un défibrillateur automatique et a mis en place les moyens nécessaires pour offrir aux membres de son personnel et aux bénévoles, une formation sur la bonne utilisation d’un tel appareil, ainsi que les réflexes à avoir.

En se dotant d’un tel appareil, la Grande Mosquée de Lyon souhaite pouvoir porter assistance à ses fidèles au cas où ils rencontreraient d’éventuels malaises dans l’enceinte de la mosquée. Au-delà de cet objectif, elle entend également mettre le défibrillateur à disposition de tout sauveteur se trouvant à proximité de la mosquée lors d’une quelconque intervention. Le défibrillateur désormais accessible au sein de la mosquée renseignera le sauveteur en temps réel, et ce tout au long de l’intervention. Il pourra lui indiquer si un choc électrique est nécessaire et la manière de procéder.

Une initiative qui nous l’espérons en suscitera d’autres.

La durée de la garantie pour Philips Heartstart HS1 et FRX sera désormais de 8 ans

Philips vient de nous confirmer que la durée de la garantie pour les modèles de défibrillateurs Heartstart HS1 et Heartstart FRX sera prolongée jusqu’à 8 ans. Cette prolongation de la durée de la garantie aura un effet retrospectif et sera valable pour tous les DAEs fabriqués à partir du 1er décembre 2011.

Cette période de garantie est désormais la plus longue proposée  pour des défibrillateurs en France. Aux Etats-Unis, le Heartsine Samaritan Pad  est proposé avec une période de garantie de 10 ans, mais cette période de garantie n’est toutefois pas encore appliquée aux DAEs Heartsine français.

Une vue d’ensemble des durées actuelles de garantie pour DAEs:

8 ans

  • Medtronic Physio-Control Lifepak CR Plus
  • Philips Heartstart HS-1
  • Philips Heartstart FRx

7 ans

  • Cardiac Science Powerheart G3
  • Heartsine Samaritan PAD 300P en 500P
  • Zoll AED Plus

6 ans

  • Telefunken Defibrillateur

2 ans

  • Primedic Heartsave PAD

Tous les autres DAEs ont une durée de garantie de 5 ans

Le nouveau Powerheart G5 AED de la marque Cardiac Science

Malgré le fait que Cardiac Science voulait garder le secret sa publication, nous l’avons trouvé :

La vidéo avec toutes les informations concernant le nouveau Powerheart G5 AED de la marque Cardiac Science !

 

Source: Kays Medical (UK)

Entre temps, nous avons plus de renseignement sur ce nouveau défibrillateur. Le prix de vente en Grande Bretagne est un peu plus de 2000 E. Ce qui est ,comme attendu, un peu plus que le tarif actuel du Powerheart G3.

De plus, nous avons entendu que le système d’évaluation de la RCP du nouveau Powerheart G5 ne serait pas facile à utiliser. C’est pour cette raison que Cardiac Science ne veut pas encore le distribuer via les boutiques en ligne, mais seulement à l’aide de représentants qui devront donner une démonstration du fonctionnement de l’appareil.

Selon nous, ceci est une décision du moins curieuse, parce les défibrillateurs étant équipés d’un système d’évaluation de la réanimation cardio-pulmonaire sont plus particulièrement adaptés à l’utilisation par du personnel non-médical. Manifestement, le nouveau Powerheart G5 est trop compliqué d’utilisation pour toute personne non professionnelle…

Bien évidement, nous attendons avec impatience les premières réactions d’utilisateurs. Nous vous tiendront au courant !

Société japonaise rachète ZOLL

La société japonaise Asahi Kasei rachète le fabricant Zoll Médical pour un montant de 2,121 milliards de dollars.

Le conseil d’administration de Zoll a recommandé l’offre. L’accord sera probablement signé au deuxième trimestre de 2012.

Les deux entreprises ont démarré leur coopération en juillet  2011 avec la mise sur le marché japonais du ‘ Zoll AED plus’ exclusivement par Asahi Kasei. Il n’y a désormais pas de changements prévus dans les activités commerciales et de gestion. Nous ne nous attendons pas à des changements de quantités de ventes du défibrillateur Zoll AED plus sur les marchés européens des DAE.

Cependant, ZOLL disparaîtra du Nasdaq dès la finalisation de la reprise.