Category Archives: Information générale

DAE encore trop souvent dans des armoires extérieures non-chauffées

DAE encore trop souvent dans des armoires extérieures non-chauffées

Cette année encore, nous avons été confrontés à plusieurs DAE qui n’étaient pas utilisables à cause d’électrodes gêlées ou d’une batterie faible. La cause ? Beaucoup de défibrillateurs sont placés à l’extérieur dans des armoires non-chauffées.  Comme les années précédentes, nous continuons à expliquer à nos clients qu’un DAE ne peut être mis à disposition à l’extérieur uniquement s’il est placé dans une armoire chaufée.

La plupart des DAE ne craint pas les températures hivernales. Pourtant, deux parties essentiels du défibrilateurs n’y résistent pas du tout: les électrodes et la batterie.

Les électrodes contiennent uns couche spéciale qui conduit le courant jusqu’a la peau du patient. Cette matière est très sensible à des écarts de température et doit toujours rester hors gêle. Même si la température revient à la positive, la fonctionnalité des électrodes peut être anéantie ; les électrodes restent abîmées tandis que l’on ne s’aperçoit de rien!

  • Tous les DAE actuellement sur le marché sont équipés d’une pile Lithium. Ce type de piles a une grande capacité et une duré de vie plus longue, mais ne résiste cependant pas au gêle. On peut la comparer à la pile de votre téléphone portable, c’est le même type de pile, également très sensibles aux températures basses.  
  • Comme un DAE ne peut fonctionner uniquement avec électrodes et pile, il est très important de rentrer le DAE pendant une période de froid. L’autre solution est de placer le défibrillateur dans une armoire chauffée prévue pour l’extérieur, comme   l’armoire extérieure standaard AIVIA et l’armoire extérieure extra AIVIA avec fermeture à digicode.

Les défibrillateurs, où sont-ils, à quoi servent-ils ?

Les défibrillateurs sont de plus en plus répandus en France. Tout le monde a le droit – voire le devoir – de s’en servir. En France, on dénombre chaque année 40 000 décès dus à un arrêt cardiaque subit, soit 110 décès par jour.

80% de ces décès se déroulent dans les lieux publics, hôtels, restaurants, voies publiques, au travail et/ou sont liés à une activité sportive.

– Qu’est-ce qu’un défibrillateur ?

Un défibrillateur externe – par opposition aux défibrillateurs implantables sous la peau – est un petit appareil muni d’électrodes permettant de délivrer un choc électrique à une personne faisant une fibrillation ventriculaire, un malaise cardiaque fréquent qui entraîne un battement très rapide et désordonné du coeur et le rend incapable de jouer son rôle de pompe. Le choc électrique interrompt la fibrillation.

– Quels sont les différents types de défibrillateur ?

Il y a les défibrillateurs tout automatiques, qui enregistrent et analysent le rythme cardiaque avant de procéder éventuellement au choc. Les semi-automatiques, après analyse du rythme, nécessitent l’accord de l’utilisateur avant éventuellement de défibriller. Les défibrillateurs manuels, utilisés par les médecins, se contentent de défibriller, l’analyse préalable du rythme étant faite par le professionnel.

– Pourquoi leur rôle est important ?

En cas de problème cardiaque, on recommande d’appeler le 15 et de commencer un massage cardiaque en attendant le défibrillateur. Selon l’Académie de Médecine, le délai moyen d’appel aux unités mobiles de secours est de 5mn, avec un délai moyen d’intervention des secours de 10mn. Chaque minute perdue dans l’intervention diminuant les chances de survie de près de 10%, l’utilisation rapide d’un défibrillateur les multiplie.

– Combien de personnes concernées en France ?

Chaque année quelque 40.000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque en France, où le taux de survie est estimé à seulement 2 à 4%, contre 20 à 50% dans des pays où le défibrillateur est largement disponible.

– Comment les utilise-t-on ?

Depuis un décret de 2007, tout le monde a le droit de faire usage d’un défibrillateur automatique ou semi-automatique. L’utilisation est à la portée de tous, avec des consignes vocales fournies à l’ouverture de l’appareil. Pour ceux qui ont peur de mal faire – mais ne rien faire serait pire – des formations sont proposées, conformément à un arrêté du ministère de l’intérieur.

– Où en trouve-t-on ?

Dans un nombre croissant de lieux publics, tels que gares (à proximité de l’accueil), postes, mairies, enceintes sportives, grands magasins… La SNCF prévoit d’équiper tous ses TGV (voitures-bars) en défibrillateurs semi-automatiques et a commencé par les TGV-Est. Nombre de grandes entreprises se sont également équipées. Une application I-phone gratuite vient d’être lancée, permettant de savoir où il y en a.

– Combien y en a-t-il en France ?

Selon l’association RMC-BFM, qui veut développer le parc des défibrillateurs dans l’espace public, il y en aurait quelque 35.000 dans les lieux accueillant du public. Si l’on ajoute ceux installés dans les entreprises, le total devrait être de quelque 70.000. La France est très en retard par rapport à d’autres pays développés comme le Japon ou les Etats-Unis.

– Combien ça coûte ?

De 1.500 à 2.000 euros hors taxes, selon les modèles.

Défibrillateur enfant : électrodes à usage pédiatrique pour DAE

Depuis la circulaire du 28 juin 2004 du ministère de l’intérieur, il est possible d’utiliser un défibrillateur automatique (DAE) ou semi-automatique (DSA) sur un enfant âgé de 1 à 8 ans.

Pour prendre en charge l’arrêt cardio respiratoire chez l’enfant de un a huit ans, seul le défibrillateur à onde biphasique est par contre autorisé. Pour des fibrillations ventriculaires et certaines tachycardies ventriculaires, le choc biphasique en basse énergie est aussi efficace, et moins dangereux pour la santé, que le choc monophasique de haute énergie.

Il est recommandé d’utiliser des électrodes enfant, dont la taille est adaptée pour les tout petits. Si le défibrillateur automatique n’est équipé que d’électrodes pour adulte, le secouriste pourra les utiliser en lieu et place des électrodes à usage pédiatrique.

La fibrillation cardiaque est un cas d’urgence absolue. Le défibrillateur DAE détecte le rythme cardiaque de façon automatique. Le choc électrique ne peut donc pas être administré à un coeur qui bat. Même si le défibrillateur est équipé d’électrodes adultes, il est donc préférable de l’utiliser après avoir appelé les services d’urgence. Appliquées sur un enfant dont le corps est de petite taille, il faudra alors faire bien attention à ce que les électrodes n’entrent pas en contact l’une avec l’autre.

Défibrillateur DAE, DEA, DSA ou DA ? Quelle différence ?

Difficile de s’y retrouver avec les différents termes utilisés pour nommer les défibrillateurs.

Qu’est ce qu’un défibrillateur DAE ?
Quelle différence avec un défibrillateur DEA ? Est-ce la même chose ?

Ceci mérite un éclaircissement.

  • Défibrillateur DAE signifie « Défibrillateur Automatisé Externe », c’est la famille des appareils automatisés comprenant les DEA et les DSA.
  • Défibrillateur AED vient du terme anglais « Automated External Defibrillator » et équivaut au terme français DAE.
  • Défibrillateur DEA signifie « Défibrillateur Entièrement Automatique ». Ce type d’appareil délivre lui-même le choc électrique de défibrillation lorsqu’il est jugé nécessaire suite à l’analyse de l’électrocardiogramme du patient.
  • Défibrillateur DSA signifie « Défibrillateur Semi-Automatique ». Ce type d’appareil analyse l’état du patient grâce à des électrodes, tout comme le DEA, mais n’administre pas la défibrillation automatiquement, il faut appuyer sur un bouton pour envoyer le choc électrique
  • Défibrillateur DA est parfois utilisé pour désigner un « Défibrillateur Automatique » (sous-entendu DEA) et parfois pour parler d’un « Défibrillateur Automatisé » (sous-entendu DAE)

Lequel utiliser ? Par qui ?

Le décret n° 2007-705 du 4 du 4 mai 2007 autorise l’utilisation d’un Défibrillateur Automatisé Externe par des personnes non formées et donc par le grand public.

Les deux types de défibrillateurs (DEA et DSA) peuvent donc être proposés au grand public et installés dans les lieux publics (ou privés) par les mairies.

Les personnes formées et habituées à l’utilisation de défibrillateurs ont en général une préférence pour les Défibrillateurs Semi-Automatiques, car ils ont plus de contrôle sur l’appareil.

Le grand public utilisera plus facilement un Défibrillateur Entièrement Automatique, car il n’a alors pas à se demander s’il doit vraiment appuyer sur un bouton pour délivrer le choc électrique de défibrillation. Une hésitation retardant l’administration du choc électrique peut être fatale au patient.

Arrêt Cardio-Respiratoire : un défibrillateur automatique pour sauver des vies

Définition de l’Arrêt Cardio-Respiratoire :
Un ACR est un arrêt de l’activité mécanique efficace du coeur. Les symptômes sont l’inconscience, l’absence de respiration et l’absence de pouls.

Définition de la fibrillation ventriculaire :
La fibrillation ventriculaire est un trouble du rythme cardiaque correspondant à la contraction rapide, désorganisée et inefficace des ventricules cardiaques. La perte de conscience est alors immédiate.

La fibrillation ventriculaire est la principale cause d’arrêt cardiaque et de mort subite. Sans intervention médicale spécialisée, la mort survient en quelques minutes.

Profil type et causes de l’Arrêt Cardio-Respiratoire :
Si tout le monde peut être concerné par un ACR, le profil type est un homme de plus de 55 ans, un malade du coeur, ou une personne ayant des signes de souffrance du coeur.
Les causes les plus fréquentes d’arrêt cardio-respiratoire sont : noyade, électrocution, overdose, intoxication…

Lieu de survenue de l’Arrêt Cardiaque
La majorité des ACR ont lieu au domicile du patient. Dans les lieux publics, les terrains et salles de sport et les piscines sont des endroits présentant un risque important de survenue d’ACR.

Importance du défibrillateur automatique
Lors d’un arrêt cardiaque, plusieurs opérations de soins doivent être administrées très rapidement afin de sauver le patient.

Parmi les interventions à effectuer lors d’un ACR, l’administration d’une défibrillation précoce est primordiale pour augmenter les chances de survie du patient. Le patient peut décéder en quelques minutes, hors les ambulances peuvent arriver trop tard et ce laps de temps peut amoindrir le taux de survie de la victime d’un ACR. Les défibrillateurs automatiques sont utilisables par des personnes non médecin et non formées à ces appareils.

La mise à place dans les lieux publics stratégiques d’un défibrillateur automatique externe utilisable par les premiers témoins d’un ACR est donc très importante. Beaucoup de pays ont déjà installés des DAE (Défibrillateurs Automatisés Externes) dans les lieux publics, maisons de retraite et installations sportives, permettant ainsi de sauver des milliers de vies humaines.

Logo défibrillateur automatique : vers une signalétique unique

Le défibrillateur automatique s’implante petit à petit dans les lieux publics tels que les frontons de mairies, les gares, aéroports, centres commerciaux ou les habitations collectives.

L’appareil de premier secours devient ainsi de plus en plus accessible au grand public, au même titre que les extincteurs. Cependant, si chacun sait où il pourra trouver un extincteur, facilement reconnaissable et accompagné d’une signalétique, la chose n’est pas aussi facile pour les défibrillateurs automatiques.

Moins connu que l’extincteur, le défibrillateur automatique est aujourd’hui encore accompagné de signalétiques différentes selon les zones d’implantation. Triangle rouge, coeur rouge et blanc ou coeur vert accompagné de la mention « Défibrillateur » ou des lettres « DAE » (Défibrillateur Automatisé Externe)…

Une uniformisation de la signalétique du défibrillateur cardiaque est nécessaire afin que le réflexe civique soit immédiatement de se précipité vers l’appareil lorsque l’on est témoin d’un arrêt cardiaque.

Devant ce constat, l’ILCOR (Comité de Liason International de la Résuscitation) a recommandé l’utilisation d’un logo composé d’un coeur blanc sur fond vert, avec un éclair vert et une petite croix blanche sur le côté. Le logo peut être accompagné de la mention « DAE » ou d’un équivalent local (par exemple « DEA » pour Défibrillateur Entièrement Automatique). La signalétique est conforme aux normes ISO 7010 et 3864-3 relatives aux signaux de sécurité utilisés sur les lieux de travail et dans les lieux publics.

La signalétique peut être complété par une flèche normalisée afin d’indiquer la direction à prendre pour trouver le défibrillateur automatique DAE le plus proche.

Pour le moment, les fournisseurs de défibrillateurs grand public sont seulement incités à utiliser ce logo. Le gouvernement français étudie la possibilité d’obliger ceux-ci à utiliser ce logo afin qu’il soit reconnaissable et compris de tout le monde le plus rapidement possible.

Défibrillateur automatique : Qu’est-ce que c’est ?

Un défibrillateur automatique est un appareil portatif permettant de porter secours à une personne victime d’un arrêt cardio-respiratoire.

L’avantage du défibrillateur automatique aussi appelé « Défibrillateur Automatisé Externe » (DAE) par rapport aux appareils non automatisés, c’est que n’importe qui peut l’utiliser, sans connaissance préalable des techniques de défibrillation.

Le grand public peut l’utiliser. Il suffit d’ouvrir le DAE, appuyer sur le bouton « ON » et écouter les instructions vocales émises par l’appareil. C’est le défibrillateur qui analysera lui-même l’activité du coeur de la personne en arrêt cordio-respiratoire de façon automatique et décidera si il faut ou non envoyer un choc électrique ou défibrillation.

Parmi les défibrillateurs automatisés, il y a le DEA (Défibrillateur Entièrement Automatique) qui enverra lui-même le choc électrique si nécessaire, et le DSA (Défibrillateur Semi Automatique) qui demandera à l’intervenant d’appuyer sur un bouton pour effectuer la défibrillation.

C’est rassurant pour la personne utilisant un DEA de confier la décision de défibrillation à l’appareil, car envoyer un choc électrique à une personne n’en nécessitant pas, peut être dangereux pour le patient. Par ailleurs, si l’intervenant met trop de temps à décider s’il faut envoyer un choc électrique, le temps perdu peut être fatal au patient.

Le défibrillateur automatique demande à l’intervenant de placer les électrodes sur la peau du patient, puis détecte ensuite grâce aux électrodes si le rythme cardiaque du patient est anormal et s’il faut délivrer un choc électrique pour relancer le coeur. La décision de défibrillation est alors rapide et justifiée grâce à une analyse automatique et sûr.

1 vie, 3 gestes

Comment reconnaître l’arrêt cardiaque ?

Une personne s’effondre devant vous. Elle ne bouge plus.
Avant tout chose, placer la personne dans une zone sécurisée, pour elle comme pour vous.

Vous lui parlez, lui demandez de serrer votre main, de cligner des yeux.
Si vous ne constatez aucune réaction : la victime est inconsciente.

 
Penchez-vous, la joue devant sa bouche, votre regard tourné vers sa poitrine. Si vous ne sentez aucun souffle et si le ventre ne se gonfle pas : la victime est en arrêt respiratoire.
 
A cet instant, quelques gestes simples peuvent permettre d’augmenter ses chances de survie, ce sont les gestes qui sauvent :